Lampe UV : efficacité sur le Coronavirus

Lampe UV : efficacité sur le Coronavirus

Actuellement, tous les pays se bousculent pour proposer des solutions en vue de réduire la propagation du Coronavirus depuis son apparition. Sur la même période, on a vu apparaître des boîtiers et des lampes à ultraviolet sur le marché. Leur promesse ? Une désinfection totale des surfaces en quelques minutes.

Les utilisations possibles de la lampe UV

Les lampes UV de qualité professionnelle peuvent éliminer les germes à hauteur de 99,99%, ce qui traduit une efficacité optimale. Toutefois, leur utilisation doit être fortement encadrée, étant donné que les rayons UV sont néfastes pour la peau. En effet, tout usage de ce type de lampe en présence de personnes est formellement interdit. Elle doit uniquement servir dans des conditions spécifiques.

Les boîtiers à UV ne peuvent en aucun cas être utilisés pour la désinfection des mains. D’ailleurs, aucune surface de la peau ne peut entrer en contact avec l’intensité lumineuse du stérilisateur, au risque de contracter un cancer, ou dans les meilleurs des cas, des irritations et des rougeurs. L’Organisation Mondiale de la Santé déconseille fortement la désinfection UVC, une autre forme d’UV plus agressifs dans les lieux très fréquentés, pour préserver la santé des passants.

Une lacune d’informations faussant les interprétations

L’utilisation d’une lampe LED ou d’un boîtier pour la décontamination d’un téléphone porte à croire que le procédé garantit une meilleure protection contre les rayons UV. Or, tout repose essentiellement sur la qualité du boîtier. Nous avons recensé plusieurs boîtiers fluorescents censés désinfecter les téléphones sur un site de vente en ligne.

Cependant, ils ne comportent pas de détails sur les normes de fabrication, la qualité et le label. De plus, la puissance du stérilisateur UV Led n’est pas assez importante pour détruire les micro-organismes pathogènes.

D’ailleurs, la DGCCRF ou Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes a déjà donné son point de vue sur le sujet. Selon elle, il faut se montrer prudent envers la lampe LED UV ou tout autre produit germicide qui promet une élimination efficace des virus et des bactéries, quand bien même le fabricant ne mentionne pas les détails de ses performances.

En effet, les professionnels investissent des sommes importantes dans un matériel de pointe pour une désinfection chimique en profondeur. L’efficacité d’un boîtier vendu avec une lampe de rechange à quelques euros est donc fortement remise en question.

Une utilisation très réglementée

Les lampes UV sont principalement utilisées dans les hôpitaux pour désinfecter les chambres et les locaux. Pour être performantes lors de la stérilisation des objets, ces lampes doivent émettre la dose d’UV idéale. Tout dépend de leur puissance et de leur forme. Ce système a déjà été utilisé pour assainir les aéroports et les avions. En Chine, il permet aussi désormais de désinfecter les bus.

D’ailleurs, dernièrement, des robots émettant des flashs lumineux ont été aperçus à l’aéroport de Nice ou dans le métro de New-York. Cependant, conformément à la réglementation sur l’usage des UV dans les lieux publics, les appareils ne fonctionnent que la nuit, lorsqu’il n’y a plus de voyageurs aux alentours.

 

Des études visant à rendre les lampes inoffensives

Actuellement, des chercheurs de l’Université de Columbia tentent de modifier la fréquence des UV-C. Leur objectif est de les rendre moins agressifs, voire inoffensifs pour la peau et les yeux. L’enjeu est de taille car la réussite de l’expérience permettrait un usage plus étendu des lampes UV dans des lieux publics très sollicités, notamment les gares et les aéroports. Tout Établissement Recevant du Public pourra aussi en bénéficier.

Les recherches ont été entamées il y a un mois pour voir l’efficacité des lampes LED sur le Coronavirus, et plus précisément sur les virus en suspension dans l’air. Parallèlement à cela, d’autres études sont réalisées sur des souris de laboratoire pour tester les effets des rayons lumineux sur leurs yeux et leur peau. Les résultats ne sont pas prévus avant un an. En attendant, d’autres mesures de sécurité doivent être prises pour désinfecter les sols et les surfaces.

Quelles sont les autres mesures de sécurité envisagées ?

Dans certains pays, notamment la Chine et Hong Kong, des mesures de sécurité sont en phase de test pour réduire la propagation de la Covid-19. En effet, une cabine de désinfection a été mise en place dans l’aéroport de Hong-Kong. Un simple passage dans la machine suffit à détruire tous les agents pathogènes présents sur le corps et les vêtements. Le système opère efficacement en 40 secondes.

La surface interne de la cabine est recouverte d’un film antimicrobien. Elle émet également des jets de spray désinfectant pour éliminer les micro-organismes. Seulement, bien que ce procédé semble révolutionnaire, il n’est encore qu’en phase de test. C’est pourquoi, seul les membres du personnel en contact direct avec les passagers peuvent actuellement s’en servir.

En outre, comme énoncé plus haut, on trouve les robots de stérilisation intelligents. Ils sont équipés d’un stérilisateur d’air et d’un stérilisateur à lumière UV. Tout comme la cabine de désinfection, ces robots high-techs permettent de détruire les microbes et bactéries à environ 99,99% et en à peine 10 minutes.

Quoi qu’il en soit, l’innovation la plus attendue reste la désinfection UV des virus en suspension. C’est la meilleure solution pour limiter la propagation des agents infectieux. Le plus grand défi est de trouver un moyen pour rendre l’intensité lumineuse supportable par les humains

Malgré tout, il est important de respecter les consignes de sécurité dans les lieux publics. Cela va des gestes simples, comme l’usage de gel hydroalcoolique sur les mains, jusqu’aux plus contraignants, notamment de veiller à toucher le moins possible aux surfaces environnantes.